Cheffe du bonheur au travail Késako ?

A moins que vous ayez passé les deux dernières années au fond d'une grotte préhistorique, vous avez forcément entendu parlé du Bonheur au travail, de la qualité de vie au travail et même de cette nouvelle fonction de Chief Happiness Officer - ou en français chef du bonheur-.

Mais pourquoi désormais faut-il absolument que les salariés d'une entreprise soient -heureux- ? 

Pour une fois regardons en premier les chiffres : absentéisme, turnover, baisse de motivation, baisse de performances ... tous ces indicateurs sont intrinsèquement liés à la qualité de vie au travail des collaborateurs. 

La génération Y et les startups ont été pour beaucoup dans le changement (nécessaire?) du rapport à l'entreprise des collaborateurs.

Alors, terminé le management de papa, les plans GPEC à 18 mois, l'entretien annuel ... Quoi ? vous pratiquez ainsi ? Et ce depuis ... des lunes ? Ce qui suit peut vous intéresser, voire, vous être utile :)

 

La mission du Chief Happiness Officer :

La mise en oeuvre d'une réelle politique de qualité de vie au travail : Arrêtons de suite les mesures gadgets, ajouter un baby-foot dans une salle de repos ne suffit pas à duper son monde, communiquer sur un événement annuel de team building non plus !

 

Définitivement la "QVT" n'est pas un plan de communication, s'il en est ainsi il n'y aura aucun impact sur le turnover, l'absentéisme et la durabilité de l'engagement des salariés ! 

 

Mais alors qu'est ce qu'une politique de qualité de vie au travail ?

 

Prendre en considération les besoins d'épanouissement professionnel des collaborateurs. En France à peine 50% des salariés se disent "heureux" au travail, nous pouvons nécessairement faire mieux !

 

Quels sont les facteurs déterminants pour le bonheur au travail ? 

● La reconnaissance

● l’ambiance de travail

● l’environnement

● les relations avec la hiérarchie

● la rémunération

● la transparence

● la variété des missions

➔ Il est essentiel de distinguer les mesures dites “gadgets” à but marketing, des véritables mesures de fond. ➔ Start-up, PME et grandes entreprises peuvent toutes mettre en place des mesures pour promouvoir le bien-être au travail en misant sur la flexibilité et la reconnaissance !

 

Les maîtres mots d'une politique de QVT sont flexibilité des collaborateurs, et agilité des managers.

 

Prochain article : Comment un Chief Happiness Officer met en oeuvre une politique de QVT 

 

Et vous, que faîtes vous pour favoriser le bonheur au travail ?

 

Article inspiré du cycle de formation unown